BforBank : relancer à nouveau par Crédit Agricole !


Avec plus de 21 millions de clients, le Crédit Agricole est la première banque des particuliers en France. Jusqu’ici, il n’a pas montré l’intérêt d’investir massivement dans la banque en ligne. Huit ans après le lancement de sa banque en ligne BforBank, le Crédit Agricole s’apprête à donner un coup d’accélérateur. Que vaut le nouveau compte courant de bforbank ? Pourquoi bforbank va baisser ses tarifs ? Comment bforbank combat la fraude au quotidien ? En effet, selon les Echos, le Crédit Agricole prépare une hausse de capital de 120 millions d’euros dans sa filiale, qui emploie 250 personnes, dans laquelle elle a déjà investi près de 170 millions d’euros. Dédiée à la clientèle haut de gamme, BforBank ne revendique que 180.000 clients. En revanche, Boursorama, filiale de la Société Générale, a plus de 1,2 million de clients ; ING Direct plus d’un million, Fortuneo dans les 400.000 et Monabanq dans les 250.000.

Présentation de BforBank

Appartenant au groupe Crédit Agricole, BforBank est née de l’envie du groupe de prendre dans son giron les 20 % des Français qui possèdent le plus d’épargne. Dès son lancement en octobre 2009, l’objectif affiché était bien de récupérer 1 à 1,5 % de l’épargne totale en France, c’est-à-dire des personnes déjà familiarisées avec ce type de produits et pour lesquelles la gestion plus autonome de leur patrimoine, via Internet, ne constitue pas un obstacle.

En effet, BforBank propose ses services entièrement gérables en ligne aux clients souhaitant s’investir davantage et devenir, en quelque sorte, leur propre banquier comme le souligne le slogan de la marque : « …mon banquier, c’est moi ». En effet, à son lancement, BforBank propose une gamme complète de produits d’épargnes et des placements diversifiés, cependant elle ne propose de compte courant.

Jusqu’à fin 2014, BforBank s’affiche comme un gestionnaire de patrimoine bien plus que comme une banque en ligne.Au cours de l’année 2015, elle ajoute des produits supplémentaires en proposant la gestion de comptes bancaires en plus de ses produits de gestion de patrimoine et d’épargne.Elle met l’accent sur des « services premium personnalisables » dans la lignée de son positionnement marketing. De plus, elle a fait le choix de proposer uniquement des cartes haut de gamme : la carte Visa Premier et la carte Visa Infinite. C’est en 2016 que l’établissement décide de lancer le projet “CIEL” de développement du crédit immobilier.

BforBank : Les avis des caisses régionales et le syndicat national de l’entreprise Crédit Agricole

Les caisses régionales ne sont pas très enthousiastes face au projet de recapitalisation de BforBank. En effet, elles rechignent à payer leur part de la facture. De son côté, le syndicat national de l’entreprise Crédit Agricole, qui est aussi affilié au CFE-CGC, s’oppose clairement à ce projet de recapitalisation. Sur son site, il explique que BforBank reste un concurrent.

Ainsi, elle doit être rattachée directement à l’entité cotée en Bourse, Crédit Agricole S.A. Il rappelle même que le retour sur investissement, c’est-à-dire 100 millions d’euros à la création, était prévu dans le business plan « en huit ans, avec un résultat net positif dès 2013. » Pourtant, deux rallonges de 30 et 40 millions d’euros ont été nécessaires en 2011 et 2014. Ainsi, le nouveau projet de recapitalisation doit permettre de soutenir le nouveau positionnement de BforBank comme « un modèle augmenté » en complémentarité avec les caisses du Crédit Agricole sur le terrain, en agence.

Les concurrents de BforBank

L’objectif principal de BforBank est de proposer une expérience novatrice afin de piloter ses finances et prendre en main la gestion de son patrimoine pour les clients autonomes, actifs et mobiles.Pourtant, entre les vraies banques privées qui se mettent au numérique et les banques en ligne plus agressives sur le plan tarifaire, BforBank semble à avoir des difficultés pour trouver son identité mais aussi sa cible.

Depuis son lancement en 2009, outre les taux bas compliquant l’équation de la rentabilité des banques en général mais surtout les banques en ligne, le paysage concurrentiel a beaucoup évolué avec l’arrivée de startups de la Fintech sur le créneau de la gestion de patrimoine et de néobanques. D‘ailleurs, l’ex-patron de BforBank, André Coisne, qui avait auparavant lancé ING Direct en France, a rejoint Orange Bank l’an dernier.Bruno Carles, l’ex-dirigeant des assurances à la personne du Crédit Agricole a remplacé Andre Coisne à la tête de BforBank.

Afin de riposter à l’arrivée d’Orange Bank et défendre le leadership de sa filiale, Frédéric Oudéa, patron de la Société Générale, a prévenu qu’il allait « développer à fond Boursorama ».

Afin de ne pas rester inactif face au profond bouleversement de cet univers de la banque en ligne, le Crédit Agricole va d’ailleurs commercialiser une offre à petit prix pour la banque du quotidien, baptisée Eko. Ainsi, il lui faut trouver un positionnement complémentaire à BforBank.