Perco ou assurance vie

De nombreuses raisons peuvent inciter une personne à faire des épargnes que ce soit pour remédier à une pension insuffisante ou pour pouvoir réaliser des projets comme un  séjour à l’étranger. L’épargne retraite est en effet plus que nécessaire pour s’assurer de bien vivre dans la quiétude et pour profiter de ses vieux jours. La question se pose alors : faut-il choisir le Perco ou l’assurance ? Zoom sur ces deux dispositifs.

 

Le Perco ou Plan d’Épargne Retraite Collectif

Le Perco s’adresse aux salariés d’une entreprise. C’est un dispositif qui a été mis en place afin de permettre à chaque salarié de l’entreprise de constituer une épargne. Il est toutefois à noter que cette somme ne peut être perçue qu’une fois retraitée sauf en cas de décès, en cas d’invalidité ou pour la réalisation d’un projet relatif à la résidence principale comme l’achat ou encore la rénovation, etc. L’adhésion peut être par défaut pour certaines entreprises. Pour d’autres, il faut avoir plus de 3 mois d’ancienneté.

En cas d’adhésion par défaut, le salarié dispose de deux semaines pour décider adhérer ou refuser. Par rapport aux autres offres d’épargne, le Perco se spécifie du fait qu’il laisse le salarié libre dans son choix. Il convient donc de dire que le Perco est d’un des plus souples de tous les produits relatifs à l’épargne salariale. Pour la partie fiscale, son imposition dépend surtout du mode de sortie du capital choisi par l’épargnant.

S’il opte pour une sortie en capital, il peut percevoir la somme exonérée de l’impôt sur le revenu (IR). Les intérêts qui en découlent doivent toutefois être soumis à des prélèvements sociaux. S’il décide d’opter pour une sortie à la rente, les rentes sont soumises aux cotisations sociales et impôt sur le revenu (IR).

 

L’assurance vie

En plus d’être un contrat d’épargne, l’assurance vie ne se limite pas seulement aux salariés. Elle peut être souscrite par les mineurs, les personnes majeures et les seniors même à plus de 70 ans. Les Français préfèrent l’assurance vie plutôt que d’autres types d’épargne car elle offre plusieurs avantages en termes de défiscalisation.

L’avantage fiscal est particulièrement intéressant si le contrat d’assurance vie a plus de 8 ans. En effet, les intérêts et les plus-values d’un montant inférieur ou égal à 4 600 € pour un assuré seul célibataire ou veuf et de 9 200 € pour un assuré marié ne sont pas imposables. De plus l’imposition est uniquement de l’ordre de 7,5 %.

Les héritiers qui reçoivent par testament des sommes issu d’une assurance vie du donateur ne paient pas de droit de succession. Cela concerne toutes les sommes versées par le souscripteur jusqu’à ses 70 ans et pour un montant ne dépassant pas les 152 500 € par bénéficiaire. Dans le cas où le souscripteur veut faire un retrait total ou partiel avant la 4ème année de son contrat, il doit payer une imposition de l’ordre de 35 % de son plus-value.

Si le retrait intervient entre la 5ème et la 8ème année, l’imposition est de l’ordre de 15 %. Que choisir alors ces produits d’épargne pour sa retraite ? Il convient tout simplement de considérer le produit qui convient à son profil.